Présentation

  • : j'aboie tu aboies il aboie.....
  • : de tout et de rien mais en randonnant
  • Contact

Qui suis-je

Un vieux blésois qui s'amuse

avec son appareil photo,

son GPS

et son ordinateur.






 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 23:05
Pour protéger notre pays de l'abruti qui nous dirige (Le 6 mai 2007 Monsieur Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République avec 53 ,1% des suffrages. Les Français se sont majoritairement prononcés en faveur d’un projet qui s’organisait autour d’un besoin urgent de réformer la France.) signer cet appel lancé par les professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, attirons l’attention des Pouvoirs Publics et de l’opinion sur les conséquences sociales désastreuses des Réformes hâtivement mises en place ces derniers temps.

A l’Université, à l’École, dans les services de soins et de travail social, dans les milieux de la justice, de l’information et de la culture, la souffrance sociale ne cesse de s’accroître. Elle compromet nos métiers et nos missions.

Au nom d’une idéologie de "l’homme économique", le Pouvoir défait et recompose nos métiers et nos missions en exposant toujours plus les professionnels et les usagers aux lois "naturelles" du Marché. Cette idéologie s’est révélée catastrophique dans le milieu même des affaires dont elle est issue.

Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, refusons qu’une telle idéologie mette maintenant en "faillite" le soin, le travail social, l’éducation, la justice, l’information et la culture.

Nous appelons à une Coordination Nationale de tous ceux qui refusent cette fatalité à se retrouver le 31 janvier 2009 à Paris.

Rendez vous sur ce site et signez avant qu'il ne soit trop tard
Repost 0
Published by brissmi - dans politique
commenter cet article
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 17:23
Selon les Haras nationaux, les objectifs du contrat 2004-2008 ont été honorés, avec la constitution de 20 pôles hippiques et la réduction des centres  techniques de 161 à 107. S'agissant des pôles hippiques, 3 sont fermés ou en voie de fermeture (Strasbourg, Annecy, Blois).


Avant qu'il ne déménage, quelques photos pour le souvenir du temps passé.

Le Haras de BLOIS fut construit en 1880 sur 2,5 hectares fournis par la ville en 1878, regroupant quatre grandes écuries de boxes, sellerie-bourrellerie, forge, maréchalerie, centre d'échographie et d'insémination artificielle, pistes d'entraînement et manège, remises et voitures hippomobiles, bureaux et logements.
Un patrimoine vivant, unique et original, commun à tous les français, une richesse historique pour nos petits enfants. Il accueillait 40 étalons de 12 races différentes (trait, sang, poneys, percherons, ânes).
Ces vieilles voitures agées de plus de 75 ans entrent dans la catégorie "véhicules de collection", selon la loi du 31/12/1992. Elles témoingnent du savoir faire dans les métiers de la carrosserie, du charronnage et de la sellerie. Ces simples outils de travail, mieux que des objets de musée, sont pour la plupart encore utilisées à l'occasion de manifestations équestres.
 Constitué à une époque où les voitures à cheval étaient encore les seuls moyens de locomotion terrestre, ce parc hippomobile se compose majoritairement de  voitures  sportives  ou de  service, pour  le dressage, l’exercice,  l’entraînement des chevaux, et la vie quotidienne du haras : breaks, squelettes, wagonnettes, charrettes anglaises, omnibus. Sous la  livrée  des  haras,  bleu marine  foncé  et  rouge  vif, les  plus  emblématiques  d’entre  elles  sont  les  breaks grands modèles  (30  exemplaires),  les  squelettes  de dressage (40 exemplaires) et les grandes wagonnettes dites « breaks d’écurie » (25 exemplaires).









La voiture d'entrainement, dit squelette d'exercice est une solide voiture ou un simple cadre de voiture, qui est utilisé pour dresser les chevaux à l'attelage avec son siège en hauteur qui le mettait à l'abri des ruades.




Un cabriolet de 1860



Les voitures à deux roues sont très nombreuses. Les plus connues ont été la charrette anglaise, la dresseuse, le tonneau, le tilbury, le tandem-car, le rally-car, le pill box (pill-bose), le cabriolet, le garden, l'italienne, le buggy, le carrick , le dog cart à 2 roues, le Gig (voiture marathon), le Cocking-Cart, le Military, le Governess-car, le Sulky, le cab, etc....
  Elles étaient plus légères, plus rapides et moins coûteuses à l'achat, mais leur équilibrage n'était pas facile et on ne pouvait les atteler qu'à un seul cheval ou en tandem (le carrick aurait été une des rares voitures à deux roues à pouvoir être attelée avec une paire de chevaux). Relativement légères, elles peuvent transporter de une à quatre personnes. Ce sont des voitures de ville ou de campagne.



Le cabriolet est une voiture hippomobile de maître d'origine italienne,  légère et élégante, à deux roues hautes, munie généralement d'une capote pour le meneur et d'une suspension sur ressort en C. Marchepied arrière pour un groom debout. Etait classiquement utilisée par exemple, les médecins, les hommes d'affaires, les négociants aisés. Amélioré au début du 19e siècle par le comte d'Orsay il s'est rapidement développé à Paris et à Londres comme voiture de louage, plus maniable que le lourd fiacre il est vite devenu Le Taxi.




La voiture à quatre roues est spacieuse, confortable, conviviale et plus facile à équilibrer qu'à 2 roues. On peut l'atteler à un cheval, en paire, à quatre chevaux, ou davantage. Plus lourde, elle est cependant facile à manier, dans les virages notamment, grâce à son avant-train articulé, sur lequel vient se fixer le timon. Elle peut recevoir de 2 à 6 ou 8 personnes et permet tous les types d'attelage.
Elle est soit
découverte : calèche, landau, soit fermée : coupé, fiacre, soit citadine : omnibus, berline, soit campagnarde : wagonnette, soit sportive : phaëton, soit utilitaire : jardinière.


Le break.
Cette
voiture hippomobile ouverte à deux ou 4 chevaux, à 4 roues, avec un siège très élevé sur le devant et plusieurs banquettes de disposition variable avec accès par l'arrière, par exemple une banquette avant et 2 banquettes en vis à vis dans le sens de la longueur, ou en "break dos à dos" avec deux banquettes en vis à vis et une banquette dos-à-dos (6 personnes). Un groom pouvait s'assoir en hauteur à l'arrière. Lourd et robuste, le break était attelée en poste, et servait au transport des personnes : pour les serviteurs, comme l'omnibus, ou pour suivre les chasses à courre (break de chasse).  La wagonnette en est une petite version.















C'est une voiture à quatre roues. Fabriquée par la firme parisienne Lelorieux, sa caisse fermée se caractérise par une portière, unique, ouvrant au centre du panneau arrière, et donnant accès à deux banquettes intérieures latérales. Outre celui du cocher, il possède un second siège extérieur placé sur la partie antérieure du toit, qui est également équipé d’une galerie métallique servant de porte-bagages. Il est monté sur des ressorts à pincettes devant, et sur trois ressorts droits derrière, combinés à un essieu coudé permettant d’abaisser le plancher et le centre de gravité de la voiture, pour une meilleure stabilité.








Pour les Amateurs de ces vieilles voitures visiter ce site,  vous en saurez beaucoups plus.


Quel gâchis !
Le conseil d'administration des haras nationaux a adopté le redéploiement du haras national de Blois vers d'autres cieux, des promoteurs vont encore se remplir les poches, après la caserne, le haras. Comme le dit le rapporteur spécial il faut se défaire d'une vision patrimoniale nostalgique et à engager des restructurations d'ampleur, en fermant davantage de pôles hippiques.
Repost 0
Published by brissmi - dans divers
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 05:42

Ou histoire de voir qui a la plus belle
18ème Tour du Coeur-de-France des Grand-Mères Automobiles 2008
Elles viennent de Grande-Bretagne, de Belgique, de Suisse et des quatres coins de France.
Elles ont été construites entre les années 1913 et 1939 par les constructeurs de l'époque :
(Sunbeam, Chrysler, Renault, Hotchkiss, Alvis, Fiat, Ford, Delage,Morris, Citroën, M.G., Mercedès, Bugatti, Unic.)


















Une deux chevaux un peu vieillotte

Et tout ça sous les yeux de robert Houdin












Mais quelle chaleur !
Repost 0
Published by brissmi - dans divers
commenter cet article
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 07:46
Repost 0
Published by brissmi - dans divers
commenter cet article
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 10:19
Pour l'abattage de ces deux arbres le ciel a revêtu sa tenue sombre, quelques larmes de pluie et un froid hivernal rendent ces moments plus douloureux encore. Délicate attention les couleurs de la république sont hissées.


Les troncs sont mis à nu, dépouillés de leurs branches couvertes de feuilles tendres. Les pigeons ont compris qu'il est temps de partir.




La grue est prête pour la décapitation du séquoia.


Sa tête est décolée.


Et mise à terre.


Deuxième trait de scie, la statue ne proteste pas, elle est stupéfaite, les bras lui en sont tombés.  


Le deuxième morceau descend à terre.


Et mis dans la benne qui l'emménera vers Cormeray.


Du sang coule de ses veines, rouge. 


Dernière coupure pour ce grand corps malade.



Si des branches étaient mortes, son coeur était encore solide.



Au suivant... Le peuplier d'Italie




Le vieux compagnon italien se couche à son tour.

Et voilà nos deux géants sont partis, le décor change, après le bassin, ou enfant, on donnait à manger aux carpes rouges, c'est maintenant les arbres qui cédent la place.  Le temps passe inexorablement.









Il me reste de quoi lever la patte.
Repost 0
Published by brissmi - dans divers
commenter cet article
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 11:14
undefined

 En ce frais et humide matin d'hiver, une rose a refleuri dans mon jardin.

Il y a maintenant longtemps que je surveillais son petit bouton.

Quel bonheur de pouvoir à nouveau la contempler.

Elle ne fleurissait plus à cause de 37 voix qui pensaient que c'était gagné d'avance en 2001.

Comme disait l’autre : « un bien mal acquis ne profite jamais...».

Alors des gros nuages noirs sont venus assombrir la ville.

Les belles promesses électorales sont parties en fumée. L’incompétence ça ne paie plus.

Et tout ce qui a été fait ne l’a été que pour servir les intérêts des plus riches, des commerçants, des investisseurs privés au détriment des couches populaires. Hélas les plus nombreuses !

Alors les impôts s’alourdissent, les budgets pour les associations diminuent ou disparaissent, l’entretien de la ville est réduit au minimum. Des caravanes stationnent dans des endroits non appropriés. Des voitures brûlent toujours. Le vandalisme et les incivilités persistent. Les rues de la ville ne sont que nids de poule. Les trottoirs sont sales etc. etc.

L’ambition de la girouette politique qui dirigeait l’équipe de très mauvais conseillers l’aura mené à sa perte. Et c’est très bien ainsi. Après une telle fumure les roses vont refleurir.

La politique doit être au service de tous. Car tous votent. Une voix riche égale une voix pauvre.

La politique (comme l’intelligence) c’est l’art de résoudre les problèmes et non pas de faire taire ceux qui les posent.

Ne devient pas homme politique qui le veut, ça ne s’improvise pas, les amateurs n’ont pas leur place ici.

Mais on voit souvent des ambitieux qui n’ont que l’envie de s’en mettre facilement plein les poches avec leurs petits amis. Servir doit être le mot d’ordre et non pas se servir.

Le peuple a toujours le dernier mot, heureusement. Mais il est sensible aux beaux parleurs.

C’est là son défaut. Il a permis voici un an, de mettre à la tête de l’état, un affreux nerveux incontrôlable, à la solde du capital et des nantis. Il fait peur, il fait rire, il ment, il est sourd, on a honte. Capable en moins d’un an d’appauvrir les vieux et les malades. Divorcer et se remarier. Faire des réformes avec un rouleau compresseur, qui ne favorise que l’enrichissement énorme de certains et la paupérisation du plus grand nombre.

Dans quel état serons nous dans cinq ans ?

Et il n'y a pas que moi qui s'étonne:

Le New York Time donne des leçons à Nicolas Sarkozy

Le New York Times recommande un peu plus de "discipline" dans la conduite des affaires au président français Nicolas Sarkozy dans un éditorial intitulé "Président Bling-Bling".

Evoquant comme un "camouflet" pour le président le résultat des récentes élections municipales et cantonales françaises, l'influent quotidien estime que "M. Sarkozy a été puni pour toutes les bouffonneries médiatisées et peu présidentielles qui lui ont valu le sobriquet de "président Bling-Bling".

"Pour un homme politique qui a travaillé si longtemps et si dur pour arriver à l'Elysée, M. Sarkozy a démontré de curieuses notions sur comment se conduire une fois dans la place", ajoute le journal.

"Son divorce tumultueux et son remariage presque immédiat à une chanteuse- mannequin glamour ont été quelques unes des initiatives les plus sensationnelles qui ont valu à Sarkozy la couverture de 252 magazines en 2007", indique l'éditorial.

Le New York Times rappelle également comme des preuves "de mauvais jugement" sa décision de "mettre fin abruptement" à une interview avec la chaîne américaine CBS, de "qualifier son porte-parole d'imbécile" ou "sa remarque grossière à un type refusant de lui serrer la main".

"Ces potins sensationnels ont été assortis de messages confus du gouvernement de M. Sarkozy, le président et ses conseillers souvent parlant et agissant en porte-à-faux avec les ministres", écrit le quotidien.

"Avec de la chance, poursuit le New York Times, le camouflet des élections sera juste ce dont M. Sarkozy a besoin pour concentrer à nouveau son énergie illimitée sur ce qu'il a promis: de sérieuses réformes économiques".

M. Sarkozy "est de loin trop bouillonnant pour devenir un clone de ses pompeux et graves prédécesseurs mais lorsque la conduite d'un homme politique interfère avec sa mission, il est temps d'appliquer une dose de discipline", conclut l'éditorial.

 
 
   

 




undefined
Elle est belle notre mairie, les roses lui vont bien !

undefined

undefined


Il suffisait d'être patient.
C'est quand les prochaines élections ?




Repost 0