Présentation

  • : j'aboie tu aboies il aboie.....
  • : de tout et de rien mais en randonnant
  • Contact

Qui suis-je

Un vieux blésois qui s'amuse

avec son appareil photo,

son GPS

et son ordinateur.






 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 15:47


Avec quelques photos.
Difficile de faire de mauvaises photos avec toutes ces couleurs sous un grand soleil.

L'histoire d'Etienne Le Brun nous raconte comment est né le port Du Guilvinec.
photo internet

 

A la naissance d'Etienne Lebrun, en 1836,le Guilvinec n'est qu'une étendue de landes et de terres cultivées dépendantes de la commune rurale de Plomeur. Etienne grandit à Lohan, l'un des trois hameaux situés sur cet espace littoral où vivent, tout au plus, cent habitants: de petits cultivateurs, des tisserands, des tailleurs, des tonneliers, des douaniers, et une quinzaine de pêcheurs dont le père d'Étienne, encore soumis à l'obligation de servir de longues années sur les navires de la marine nationale. Le havre naturel du Guilvinec-Léchiagat ne possède que deux petites cales en pierres disjointes. C'est surtout un port d'échouage, le poisson étant débarqué sur les rochers ou les grèves. La pêche est destinée à la consommation locale ou dirigée vers la presse à sardines située sur la rive de Léchiagat, dépendante de la commune de Tréffiagat, où vivent aussi dix marins-pêcheurs. La famille d'Etienne vit dans une fermette, possède prairies, terre à blé, bétail, complétant ainsi les revenus de la pêche.

 

Mousse et inscrit maritime dès l'âge de onze ans, mais familiarisé avec la mer depuis sa jeune enfance,  Étienne devient propriétaire d'une chaloupe de sept tonneaux, la "Louise", du nom de son épouse originaire de Tréffiagat. Avec ses cinq hommes d'équipage, il pratique la pêche aux merlus et aux raies au larges des Etocs, la pêche aux crustacés et les pêches saisonniéres: le maquereau au printemps et la sardine en été. En 1856, le port du Guilvinec-Léchiagat ne comptait que quinze chaloupes. Vingt ans plus tard, elles sont des centaines à s'y rassembler au printemps. Nombre d'équipage viennent de Douarnenez pour faire la saison du maquereau. Etienne loue son grenier à l'un d'entre eux. Cette explosion de l'activité s'explique par l'arrivée du train à Quimper en 1863. Désormais, des dizaines de chars à bancs, emplis de maquereaux frais, s'élancent tous les matins vers Quimper pour être déchargés dans le train pour Paris.

En 1870, deux premières conserveries s'installent au Guilvinec, puis six nouvelles usines à la fin de la décennie. Le port attire de nombreux paysans sans terre qui s'engagent dans l'industrie ou la pêche. Chaloupes et équipages guilvinistes se multiplient.

Au début de la troisième République, Etienne Le Brun est élu conseiller municipal de Plomeur pour représenter le village du Guilvinec. Les élus ruraux qui dominent la municipalité, minimisent les difficultés rencontrées par la communauté maritime. Les infrastructures portuaires se limitent à une cale de débarquement et à une place de vente construite en 1869. Les chemins cahoteux empruntés par les chars à bancs entrainent de nombreux accidents, parfois mortels. La promiscuité et les conditions d'hygiènes sont déplorables. Face à l'inertie de la municipalité, les pêcheurs ont réclamés la séparation d'avec Plomeur. En 1880, Le Guivinec qui compte 2000 habitants, devint une commune à part entière mais elle n'avait ni école, ni poste, ni télégraphe ...

Des quais sont à construire. L'église de la nouvelle paroisse est inaugurée en 1887, l'année ou meurt Etienne à l'âge de 55 ans.

photo internet

 

Le port aujourd’hui


    Troisième port de pêche, mais le premier pour la pêche artisanale, LE GUILVINEC-LECHIAGAT est une valeur sûre sur la cotation des ports Français.
      Grâce à l’apport de nombreux navires issus de ports moins attractifs (La Rochelle, Les Sables d’Olonne, St Malo, Roscoff, Douarnenez, bateaux Anglais), le port a compensé la perte due aux plans de casse successifs. L’émergence de nouveaux armements (art.Furic, art.Guilviniste, art.Charly Guennec) qui ont rejoint l’armement Bigouden, contribue aussi fortement à la bonne santé du port. La flottille reste cependant majoritairement artisanale, avec notamment les « côtiers » qui nous permettent de déguster les fameuses langoustines.

Les espèces débarquées au port de GUILVINEC-LECHIAGAT sont très variées grâce à la diversité de la flotille ( canots, côtiers, fileyeurs, chalutiers hauturiers), avec les ports voisins de LOCTUDY (langoustine glacée notamment), et ST GUENOLE-PENMARC’H (langoustine glacée et sardine), il participe à donner au quartier maritime du GUILVINEC (GV) une place prépondérante sur le marché Français.
       Sur la zone portuaire ou à proximité immédiate sont présents tous les différents acteurs de la filière pêche, dont on estime le nombre à 1300 emplois, outre les 570 marins du port.
       Si le port connaît une bonne vitalité, il le doit aussi à son mareyage, qui travaille, valorise et commercialise dans toute la France , les poissons et crustacés ramenés par quelque 130 navires.
Une bonne webcam est visible sur le site de Tréffiagat  http://www.treffiagat.fr/.


Et des photos  ici .

 

 

 

Repost 0
Published by brissmi - dans divers
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 17:15
Il y a des lieux d'une beauté rare. Celui-ci est particulièrement réussi. Surtout le matin quand la rosée est encore présente. Les parfums de la loire et des fleurs s'ajoutent au plaisir de se promener. Les oiseaux chantent. Le soleil inonde de sa lumière les herbes folles. Quel bonheur de vivre dans un tel environnement.
Quelques photos pour vous inviter à respirer cette douceur ligérienne.

















Le soir, une autre lumière.


Allez bonne ballade.
Repost 0
Published by brissmi - dans divers
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 17:47

Si une petite gêne physique ou mentale perturbe ta petite vie.

Si tu te sens fatigué.

Si tu penses que ta vie n'a plus de sens.

Que les difficultés qui sont devant toi t'ennuient.

Alors regarde cette vidéo.

Essuie tes larmes, lève-toi et fais un pas.

C'est ça le bonheur, juste ça.

 




 

 

 

Allez Marche.



« Là où il y a une volonté, il y a un chemin. » Vladimir Ilyich Oulianov, dit Lénine (né le 22 avril 1870-1924), homme politique russe.

Repost 0
Published by brissmi - dans divers
commenter cet article
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 17:34





Ils sont parti grâce à leurs enfants, leur famille et leurs amis.
Ils s'offrent leur rêve, une croisière !.









Sur ce beau bateau












La cabine







Le programme:



1 heure avant le départ à Savone


Savone (Italie)


Savone
(en italien : Savona) est une ville italienne, chef-lieu de la province du même nom en Ligurie, région de l'Italie du Nord-Ouest bordant la Méditerranéenne.





Le port


C'est parti....


Il ne fait pas très beau ,il pleut un peu et le vent souffle, ça va bercer les tourtereaux.


Il n'a pas l'air de faire beau ce matin , les moutons sont là.



Arrivée à Barcelone (Espagne)

Barcelone (Barcelona en catalan et en castillan, c' est une commune de Catalogne . Elle est la capitale historique, administrative et économique de la catalogne.




Le port


L'avant


derriére, des collégues sont déjà là.



Après la journée de samedi en mer, arrivée à Casablanca (Maroc).

Casablanca (الدار البيضاء ad-dar al-baïda en arabe classique – ed-dar el-beïda en arabe dialectal marocain – , littéralement « maison blanche », mais appelée couramment كازا Casa prononcée [kâzâ]) par les Casablancais, est la plus grande ville du Maroc. Capitale économique du pays, elle est située sur la côte Atlantique à environ 80 km au sud de la capitale administrative du pays, Rabat. C’est la première ville et agglomération du pays. Ses habitants se nomment les Bidaouis en arabe, les Casaouis en arabe dialectal marocain et les Casablancais en français.




Le port


L'avant


L'arrière


Voilà la manoeuvre est terminée.
DéDé chez les "moulouds" un événement !







Que ce jour de tes 58 ans
soit le plus beau possible,
on pense bien à toi.
Bises.











Descente vers le sud, la température monte, objectif les Canaries.



Arrecif sur l'ile d'Anzarote


Autrefois appelée Lancerotte en français, Lanzarote est une île située dans l'océan atlantique face aux côtes africaines et appartenant à l'archipel des îles Canaries. La capitale de l'île est Arrecif. Lanzarote fait partie de la province de Las palmas, Communauté autonome des Canaries.



Le port



Arrivée en douceur comme toujours


La vue de l'arrière


L'avant tourné vers le prochain départ


Ils ne sont pas les seuls
.




Santa Cruz de Ténérife est une ville espagnole située dans l'île de Ténérife, dans l'Océan Atlantique. Elle est la capitale de la Province de Santa Cruz de Ténérife, ainsi que l'une des deux capitales des îles Canaries (la deuxième est Las Palmas de Gran Canaria). Elle est située au nord-est de l'île, dans la Bahía de Tenerife (Baie de Ténérife). C'est une ville qui dépend beaucoup du secteur économique du tourisme, mais le secteur industriel est également développé, surtout dans les domaines de la chimie et du raffinage. Santa Cruz de Ténérife est aussi un des ports les plus importants d'Espagne. Les fêtes, comme le Carnaval, et le climat font de la ville une des plus importantes et connues du pays.


Le port


Terre ! en vue


Acostage la vue vers l'avant


La vue vers l'arrière




Funchal sur l'ile de Madére


Funchal est le chef-lieu de l'île de Madère et de la région autonome de Madère (Portugal) regroupant les îles de l'archipel. Port d'escale situé sur la côte sud par 32° 37' 45" de latitude nord, et 16° 55' 20" de longitude ouest, c'est aussi la seule grande ville de l'île. La superficie de la ville est 76,25 km², et elle compte 103 962 habitants (2001).

Funchal est à la fois ville (cidade) et municipalité (municipio). Elle possède une université, la plus récente du Portugal.

Funchal vient du mot funcho qui signifie fenouil en Portugais. En effet, lorsque les premiers Portugais ont découvert l'île de Madère au XVe siècle, du fenouil sauvage poussait abondamment à l'emplacement de la ville actuelle .

les lumières du port au lever du jour

L'entrée du port.


Comme à chaque fois un petit demi-tour


et acostage en marche arrière.






Málaga est une ville du sud de l'Espagne, région d'Andalousie, sur le bord de la Méditerranée. Elle comptait, en 2006, 573 909 habitants (sixième commune d'Espagne) et son aire métropolitaine, 1 099 004 habitants (cinquième d'Espagne derrière Madrid, Barcelone, Valence et Séville).

Elle est la capitale de la province de Málaga sur la côte andalouse, au sud de l’Espagne.

Située à l’embouchure du Guadalmedina, cette vaste agglomération toute blanche est dominée par le Gibralfaro, la « colline du phare », couronné de murailles du XIVe siècle. La situation de Málaga, face à la côte marocaine et au débouché des voies terrestres descendant des hautes terres de Grenade et du Guadalquivir, en a fait la principale ville du littoral méditerranéen de l’Andalousie.

Le port


Arrivée à Malaga au lever du soleil




Larguer les amarres, adieu l'Espagne, retour au bercail.



Sur le chemin du retour Les Baléares sont là, pas d'arrêt de prévu dommage !


Alors droit vers Savone.


Terre en vue, Savone est là.


Demi-tour réglementaire et acostage en marche arriére.



Et voilà.


Prêt pour repartir.






 















Repost 0
Published by brissmi - dans divers
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 22:40


C'est eugène Riffault un notable blésois, ami personnel du baron Haussmann, élu Maire de sa ville en 1850, qui a fait réaliser ce boulevard "Est" qui porte son nom. Il doit faire la liaison entre le bas de la ville et le haut.







Le temps a sérieusement dégradé le mur et les briques des arcades.
Il y a danger, des travaux sont décidés.
Les travaux ont débutés en septembre 2007 et viennent de s'achever, fin 2008. Le coût = 200 000 euros.


Voilà le résultat :












Il à également fait construire l'éscalier Denis Papin, entre 1862 et 1865.
Et fait percer le grand axe: avenue Wilson-pont Jacques Gabriel-escalier monumental.




Tableaux de E.Gervais, musée des beaux arts de Blois.

Repost 0
Published by brissmi - dans divers
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 08:02
 






Moi aussi j'y étais. Histoire de grossir les rangs et prendre quelques photos.







Il y avait plein de monde, plein  plein.
Il faisait beau! et le cortège s'est étiré!
marchons  marchons . . .
La police défilait en tête sur des belles motos.




Ils ont tous l'envie de dire à l'agité du bocal: ça suffit !
Arrête de démolir pierre par pierre  la lente et difficile construction d'une démocratie acquise par le sang et les larmes.
Et comme trop rarement, ils étaient tous là, les jeunes, les vieux, le privé, le public. Le monde enseignant, évidemment. Fonctionnaires et précaires des services de l'Etat mais aussi des collectivités territoriales.





Entendez vous ces 6000 ou 8000 personnes qui montrent dans leur campagne qu'ils sont là et défilent bruyamment entre le parc des expositions et la préfecture.
marchons  marchons . . .




Ah ça ira ça ira  ah ça ira  ça ira . . .
 Il y a des petites musiques comme celles là qui me trottent dans la tête.




Trop de gens se nourrissent dans les poubelles . . .
Trop de gens souffrent, se suicident . . .
Le désespoir est là, le peuple n'en peut plus il marche dans la rue . . . 




Va-t-il falloir attendre que des ministres se balancent au bout d'une corde.
       Ah ça ira ça ira  ah ça ira  ça ira . . .
Il y a des petites musiques comme celles là qui me trottent dans la tête.




marchons  marchons . . .
 Il y a des petites musiques comme celles là qui me trottent dans la tête.


Si le nabo n'a rien vu il faut qu'il enlève ses talonnettes et chausse des échasses.



  Ah ça ira ça ira  ah ça ira  ça ira . . .
Il y a des petites musiques comme celles là qui me trottent dans la tête.

Je n'ai pas vu d'écharpe tricolore en tête du cortège, si quelqu'un peut me dire s'il en a vu , laissez moi un commentaire.


”on va continuer les réformes” qu'il a dit, le nerveux. On va vous sucer vos dernières économies. "T'as qu'a travailler plus pauv'con " .
Son niveau de langage le distingue de ses prédécesseurs, ainsi que ses coups de sang. On rêve (ou cauchemarde) les yeux ouverts...
Une solution s'impose : C'est la lutte finale.
Quoi d'autre.
Des potences sont en place. . .     qu'un sang impur ......
marchons  marchons . . .
Il y a des petites musiques comme celles là qui me trottent dans la tête.


Qui aurait cru qu'une chose pareille était possible en France !

L'horreur !

Et ça continue:


Pas de pitié pour les petits. Le dictateur "hongrois" vandalise tout, écrase  ce qui le gêne, il aime que ça saigne, pauvre démocratie Française tu t'es fait avoir par un beau parleur. Quel malheur !


La manif à Lyon....génial et tellement réaliste !




Cabu a les mêmes pensées que moi c'est flatteur !



Pas sûr qu'il a bien regardé ou entendu.






















Une amie à moi . Et quelle élégance avec son petit manteau !









à suivre .   .    .




Repost 0
Published by brissmi - dans politique
commenter cet article