Présentation

  • : j'aboie tu aboies il aboie.....
  • : de tout et de rien mais en randonnant
  • Contact

Qui suis-je

Un vieux blésois qui s'amuse

avec son appareil photo,

son GPS

et son ordinateur.






 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 15:47


Avec quelques photos.
Difficile de faire de mauvaises photos avec toutes ces couleurs sous un grand soleil.

L'histoire d'Etienne Le Brun nous raconte comment est né le port Du Guilvinec.
photo internet

 

A la naissance d'Etienne Lebrun, en 1836,le Guilvinec n'est qu'une étendue de landes et de terres cultivées dépendantes de la commune rurale de Plomeur. Etienne grandit à Lohan, l'un des trois hameaux situés sur cet espace littoral où vivent, tout au plus, cent habitants: de petits cultivateurs, des tisserands, des tailleurs, des tonneliers, des douaniers, et une quinzaine de pêcheurs dont le père d'Étienne, encore soumis à l'obligation de servir de longues années sur les navires de la marine nationale. Le havre naturel du Guilvinec-Léchiagat ne possède que deux petites cales en pierres disjointes. C'est surtout un port d'échouage, le poisson étant débarqué sur les rochers ou les grèves. La pêche est destinée à la consommation locale ou dirigée vers la presse à sardines située sur la rive de Léchiagat, dépendante de la commune de Tréffiagat, où vivent aussi dix marins-pêcheurs. La famille d'Etienne vit dans une fermette, possède prairies, terre à blé, bétail, complétant ainsi les revenus de la pêche.

 

Mousse et inscrit maritime dès l'âge de onze ans, mais familiarisé avec la mer depuis sa jeune enfance,  Étienne devient propriétaire d'une chaloupe de sept tonneaux, la "Louise", du nom de son épouse originaire de Tréffiagat. Avec ses cinq hommes d'équipage, il pratique la pêche aux merlus et aux raies au larges des Etocs, la pêche aux crustacés et les pêches saisonniéres: le maquereau au printemps et la sardine en été. En 1856, le port du Guilvinec-Léchiagat ne comptait que quinze chaloupes. Vingt ans plus tard, elles sont des centaines à s'y rassembler au printemps. Nombre d'équipage viennent de Douarnenez pour faire la saison du maquereau. Etienne loue son grenier à l'un d'entre eux. Cette explosion de l'activité s'explique par l'arrivée du train à Quimper en 1863. Désormais, des dizaines de chars à bancs, emplis de maquereaux frais, s'élancent tous les matins vers Quimper pour être déchargés dans le train pour Paris.

En 1870, deux premières conserveries s'installent au Guilvinec, puis six nouvelles usines à la fin de la décennie. Le port attire de nombreux paysans sans terre qui s'engagent dans l'industrie ou la pêche. Chaloupes et équipages guilvinistes se multiplient.

Au début de la troisième République, Etienne Le Brun est élu conseiller municipal de Plomeur pour représenter le village du Guilvinec. Les élus ruraux qui dominent la municipalité, minimisent les difficultés rencontrées par la communauté maritime. Les infrastructures portuaires se limitent à une cale de débarquement et à une place de vente construite en 1869. Les chemins cahoteux empruntés par les chars à bancs entrainent de nombreux accidents, parfois mortels. La promiscuité et les conditions d'hygiènes sont déplorables. Face à l'inertie de la municipalité, les pêcheurs ont réclamés la séparation d'avec Plomeur. En 1880, Le Guivinec qui compte 2000 habitants, devint une commune à part entière mais elle n'avait ni école, ni poste, ni télégraphe ...

Des quais sont à construire. L'église de la nouvelle paroisse est inaugurée en 1887, l'année ou meurt Etienne à l'âge de 55 ans.

photo internet

 

Le port aujourd’hui


    Troisième port de pêche, mais le premier pour la pêche artisanale, LE GUILVINEC-LECHIAGAT est une valeur sûre sur la cotation des ports Français.
      Grâce à l’apport de nombreux navires issus de ports moins attractifs (La Rochelle, Les Sables d’Olonne, St Malo, Roscoff, Douarnenez, bateaux Anglais), le port a compensé la perte due aux plans de casse successifs. L’émergence de nouveaux armements (art.Furic, art.Guilviniste, art.Charly Guennec) qui ont rejoint l’armement Bigouden, contribue aussi fortement à la bonne santé du port. La flottille reste cependant majoritairement artisanale, avec notamment les « côtiers » qui nous permettent de déguster les fameuses langoustines.

Les espèces débarquées au port de GUILVINEC-LECHIAGAT sont très variées grâce à la diversité de la flotille ( canots, côtiers, fileyeurs, chalutiers hauturiers), avec les ports voisins de LOCTUDY (langoustine glacée notamment), et ST GUENOLE-PENMARC’H (langoustine glacée et sardine), il participe à donner au quartier maritime du GUILVINEC (GV) une place prépondérante sur le marché Français.
       Sur la zone portuaire ou à proximité immédiate sont présents tous les différents acteurs de la filière pêche, dont on estime le nombre à 1300 emplois, outre les 570 marins du port.
       Si le port connaît une bonne vitalité, il le doit aussi à son mareyage, qui travaille, valorise et commercialise dans toute la France , les poissons et crustacés ramenés par quelque 130 navires.
Une bonne webcam est visible sur le site de Tréffiagat  http://www.treffiagat.fr/.


Et des photos  ici .

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by brissmi - dans divers
commenter cet article

commentaires

françoise 21/11/2013 17:54

bonjour monsieur
je suis tombée par hasard sur votre site et votre histoire guilviniste est intéressant
vous devriez allé sur le site "kont gelveneg kozh"voir Facebook c'est un site dédié à l'histoire du Guilvinec ;vous pourriez raconter la vôtre et retrouver des cousins et cousines !!;;bien cordialement françoise frétier

fretier françoise 03/09/2015 07:50

je suis ravie
à bientôt
françoise frétier

michel brisset 03/09/2015 06:49

Je suis maintenant la ville du guilvinec sur face book.