Présentation

  • : j'aboie tu aboies il aboie.....
  • : de tout et de rien mais en randonnant
  • Contact

Qui suis-je

Un vieux blésois qui s'amuse

avec son appareil photo,

son GPS

et son ordinateur.






 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 17:23
Selon les Haras nationaux, les objectifs du contrat 2004-2008 ont été honorés, avec la constitution de 20 pôles hippiques et la réduction des centres  techniques de 161 à 107. S'agissant des pôles hippiques, 3 sont fermés ou en voie de fermeture (Strasbourg, Annecy, Blois).


Avant qu'il ne déménage, quelques photos pour le souvenir du temps passé.

Le Haras de BLOIS fut construit en 1880 sur 2,5 hectares fournis par la ville en 1878, regroupant quatre grandes écuries de boxes, sellerie-bourrellerie, forge, maréchalerie, centre d'échographie et d'insémination artificielle, pistes d'entraînement et manège, remises et voitures hippomobiles, bureaux et logements.
Un patrimoine vivant, unique et original, commun à tous les français, une richesse historique pour nos petits enfants. Il accueillait 40 étalons de 12 races différentes (trait, sang, poneys, percherons, ânes).
Ces vieilles voitures agées de plus de 75 ans entrent dans la catégorie "véhicules de collection", selon la loi du 31/12/1992. Elles témoingnent du savoir faire dans les métiers de la carrosserie, du charronnage et de la sellerie. Ces simples outils de travail, mieux que des objets de musée, sont pour la plupart encore utilisées à l'occasion de manifestations équestres.
 Constitué à une époque où les voitures à cheval étaient encore les seuls moyens de locomotion terrestre, ce parc hippomobile se compose majoritairement de  voitures  sportives  ou de  service, pour  le dressage, l’exercice,  l’entraînement des chevaux, et la vie quotidienne du haras : breaks, squelettes, wagonnettes, charrettes anglaises, omnibus. Sous la  livrée  des  haras,  bleu marine  foncé  et  rouge  vif, les  plus  emblématiques  d’entre  elles  sont  les  breaks grands modèles  (30  exemplaires),  les  squelettes  de dressage (40 exemplaires) et les grandes wagonnettes dites « breaks d’écurie » (25 exemplaires).









La voiture d'entrainement, dit squelette d'exercice est une solide voiture ou un simple cadre de voiture, qui est utilisé pour dresser les chevaux à l'attelage avec son siège en hauteur qui le mettait à l'abri des ruades.




Un cabriolet de 1860



Les voitures à deux roues sont très nombreuses. Les plus connues ont été la charrette anglaise, la dresseuse, le tonneau, le tilbury, le tandem-car, le rally-car, le pill box (pill-bose), le cabriolet, le garden, l'italienne, le buggy, le carrick , le dog cart à 2 roues, le Gig (voiture marathon), le Cocking-Cart, le Military, le Governess-car, le Sulky, le cab, etc....
  Elles étaient plus légères, plus rapides et moins coûteuses à l'achat, mais leur équilibrage n'était pas facile et on ne pouvait les atteler qu'à un seul cheval ou en tandem (le carrick aurait été une des rares voitures à deux roues à pouvoir être attelée avec une paire de chevaux). Relativement légères, elles peuvent transporter de une à quatre personnes. Ce sont des voitures de ville ou de campagne.



Le cabriolet est une voiture hippomobile de maître d'origine italienne,  légère et élégante, à deux roues hautes, munie généralement d'une capote pour le meneur et d'une suspension sur ressort en C. Marchepied arrière pour un groom debout. Etait classiquement utilisée par exemple, les médecins, les hommes d'affaires, les négociants aisés. Amélioré au début du 19e siècle par le comte d'Orsay il s'est rapidement développé à Paris et à Londres comme voiture de louage, plus maniable que le lourd fiacre il est vite devenu Le Taxi.




La voiture à quatre roues est spacieuse, confortable, conviviale et plus facile à équilibrer qu'à 2 roues. On peut l'atteler à un cheval, en paire, à quatre chevaux, ou davantage. Plus lourde, elle est cependant facile à manier, dans les virages notamment, grâce à son avant-train articulé, sur lequel vient se fixer le timon. Elle peut recevoir de 2 à 6 ou 8 personnes et permet tous les types d'attelage.
Elle est soit
découverte : calèche, landau, soit fermée : coupé, fiacre, soit citadine : omnibus, berline, soit campagnarde : wagonnette, soit sportive : phaëton, soit utilitaire : jardinière.


Le break.
Cette
voiture hippomobile ouverte à deux ou 4 chevaux, à 4 roues, avec un siège très élevé sur le devant et plusieurs banquettes de disposition variable avec accès par l'arrière, par exemple une banquette avant et 2 banquettes en vis à vis dans le sens de la longueur, ou en "break dos à dos" avec deux banquettes en vis à vis et une banquette dos-à-dos (6 personnes). Un groom pouvait s'assoir en hauteur à l'arrière. Lourd et robuste, le break était attelée en poste, et servait au transport des personnes : pour les serviteurs, comme l'omnibus, ou pour suivre les chasses à courre (break de chasse).  La wagonnette en est une petite version.















C'est une voiture à quatre roues. Fabriquée par la firme parisienne Lelorieux, sa caisse fermée se caractérise par une portière, unique, ouvrant au centre du panneau arrière, et donnant accès à deux banquettes intérieures latérales. Outre celui du cocher, il possède un second siège extérieur placé sur la partie antérieure du toit, qui est également équipé d’une galerie métallique servant de porte-bagages. Il est monté sur des ressorts à pincettes devant, et sur trois ressorts droits derrière, combinés à un essieu coudé permettant d’abaisser le plancher et le centre de gravité de la voiture, pour une meilleure stabilité.








Pour les Amateurs de ces vieilles voitures visiter ce site,  vous en saurez beaucoups plus.


Quel gâchis !
Le conseil d'administration des haras nationaux a adopté le redéploiement du haras national de Blois vers d'autres cieux, des promoteurs vont encore se remplir les poches, après la caserne, le haras. Comme le dit le rapporteur spécial il faut se défaire d'une vision patrimoniale nostalgique et à engager des restructurations d'ampleur, en fermant davantage de pôles hippiques.

Partager cet article

Repost 0
Published by brissmi - dans divers
commenter cet article

commentaires

alain beaugendre 05/12/2010 19:07


Merci pour votre blog, le beau travail que vous avez effectué sur le Haras de Blois et les photos à la fois instructives et émouvantes que vous avez eu l'heureuse idée de nous montrer.
Et dire qu'au début des années 60, sur mon veloSolex, je passait devant tous les jours sur le chemin de mon cher lycée. On y voyait parfois quelques Percherons ou autres y évoluer dans la cour
d'honneur devant des bâtiments très 3eme république à mon sens.
Tout disparait ? Dommage.
Bon on va pas trop verser non plus dans la nostalgie. Il n'y aura pas de nouveau Dr Bombard.
L'important est que ce qu'on y met à la place. Quelque chose de qualité au moins ? Ne repassant par Blois que trop peu souvent, j'aimerai savoir quoi.
Pour terminer comme Candide sur une note optimiste, peut-être, sans cela, l'hôte de ce blog ne nous aurait pas régalé des magnifiques photos qu'il nous présente. Tout va pour le mieux dans le
meilleur des mondes.


brissmi 06/12/2010 10:16



Merci pour votre commentaire


Je suivrai ce qui sera fait de ce site et ce sera surement l'objet d'un article sur ce blog.


Les chevaux comme les solex se font rares maintenant. Le temps passe.


Bonne journée.



DELAGE 01/12/2010 19:32


Félicitations, très intéressant reportage, quel dommage de voir disséminer tous ces témoignages de l'histoire de notre ville... Mais d'un autre côté ce mouvement permanent est inéluctable. Grace à
votre action, on peut espérer que les voitures partiront correctement dans des collections privées ou publiques où elles seront entretenues et appréciées.
Collectionneur moi-même, j'étais à Compiègne dans la manifestation en référence du commentaire du Dr Henri Baup et j'ai été choqué de voir toutes les voitures hippomobiles de Compiègne à l'abandon
du fait du délabrement des locaux!


brissmi 02/12/2010 06:34



Merci pour votre commentaire qui me laisse un peu moins seul, un jour on se rendra compte que sans mémoire le présent n'a que peu de sens.



michel Brisset 10/09/2009 16:43

Mon adresse mail : michel.brisset@laposte.net
J'ai commencé à explorer votre cite. Très riche et très intéressant. Bravo et à bientôt. Je vais le mettre en lien dans mon article.

Dr Henri Baup 10/09/2009 12:16

Merci bien! j'ai pu récuperer les photos. Savez vous qu'il y aura les 3&4octobre, à Compiègne , une manifestation hippo /auto anciennes?Je peux vous envoyer le programme (votre e.mail?)
pour mon site , l'adresse correcte est: www.jbwhips.com
J'aime bien votre chien!Pour ma part j'ai un beau Staff black...qui aboie aussi! Cordialement HB

michel Brisset 09/09/2009 23:38

Merci pour votre commentaire

Voici le lien ou vous trouverez les photos des voitures, vous pouvez en disposer librement, car elles sont encore à nous.

http://picasaweb.google.fr/lh/photo/g-EFmhAkLOs_ILyMgJoFsg?feat=directlink